Moun 971-972-973

Forum
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La tecktonik en cours de rattrapage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rayan
Admin


Nombre de messages : 203
Age : 40
Localisation : Fort-de-France
Date d'inscription : 16/04/2006

MessageSujet: La tecktonik en cours de rattrapage   Dim 23 Déc - 12:22

http://tf1.lci.fr/infos/france/societe/0,,3660421,00-tecktonik-cours-rattrapage-.html

"La tecktonik ? C'est bouger ses bras et ses jambes comme un ouf", avance Emilie, jolie brunette de 16 ans. "Mais les gestes sont travaillés mine de rien : il y a des déhanchés, des gestes enroulés... C'est stylé quand même", renchérit Assia. "Ouais, grosso modo, il faut faire des gestes de tous les jours comme se coiffer mais en beaucoup plus rapide, et puis tu penses aussi à bouger de temps en temps les jambes, et voilà tu danses la tecktonik !", intervient dans un éclat de rire mi-figue, mi-raisin, Moussa, grand gaillard de 18 ans.

Jeudi après-midi dans l'enceinte du lycée René-Cassin, dans le 16e à Paris. Ambiance fébrile. Massés dans la cour de l'établissement, les élèves attendent pour rentrer dans le gymnase où va se dérouler la "tecktonik battle", comprendre un concours de danse. Quand on demande à ces lycéens d'expliquer en quoi elle consiste, les réponses sont un peu confuses. A chacun son interprétation de ce phénomène qui fait fureur sur les dance floors et presque partout ailleurs à en juger par les vidéos qui pullulent sur les sites de partage de vidéos. En résumé, la tecktonik c'est donc une danse à base de mouvements atypiques inspirés de l'electro et du hip-hop. L'ensemble se danse sur un mix de ces sons considérablement accélérés. Née dans les années 2000 dans les boîtes belges ou néerlandaises, la tecktonik a envahi les clubs de l'Hexagone... Jusqu'aux cours de récré.

"C'est leur langage à eux"

C'est en voyant ses élèves danser "comme des fous", les écouteurs vissés aux oreilles que Farid Medjaoui, prof de comptabilité dans ce lycée professionnel, a eu l'idée d'organiser cette "tecktonik battle" avec ses 28 élèves de BEP comptabilité, gestion et communication. Ou quand une danse se révèle être un outil pédagogique. L'événement oui mais avant il faut l'organiser : informer, trouver les partenariats, des DJ's... Pas une mince affaire et un pari plutôt réussi à en observer les mines réjouies de tout le lycée. Profs compris. Mireille Meunier, qui enseigne la communication était presque au premier rang pour apercevoir ses clubbeurs en herbe. "Ah oui moi je suis très contente, s'enthousiasme-t-elle. Vous savez, beaucoup d'élèves sont issus de milieux plutôt défavorisés. Et ce type de projet avec ce genre d'objectif les sort du désoeuvrement. La tecktonik, c'est leur langage à eux et en tant que professeur de communication, je trouve ça bien, tous les moyens sont bons pour qu'ils s'expriment."

Même son de cloche du côté du proviseur Jean-Claude Castagneyrol, ancien professeur de philosophie. "Beaucoup de nos élèves sont un peu renfermés. Et là, voyez comme ils réagissent. Et cela sans jamais dépasser la ligne jaune, dans le respect le plus total", se félicite-t-il, les yeux souriants en écoutant les "ouh ouh" joyeux monter du gymnase où se déroule la "battle".

"A danser chez lui devant sa glace"

Dans la salle, la compétition bat son plein. Le cercle autour des danseurs s'est resserré. Un face à face s'est improvisé. Une fille. Un garçon. Tous les deux en slim. Mitaines flashy pour l'une. Crête sur la tête pour l'autre. Eléments vestimentaires indissociables de la tecktonik. L'adolescente commence. Son rythme est endiablé, ses cheveux se balancent dans tous les sens. Elle toise l'autre en face. Il la regarde petit sourire en coin. On dirait le haka des rugbymen. Du côté des spectateurs, ça chambre, ça encourage."Oh, le beau gosse" ; "Alors, elle c'est comme si elle se coiffait depuis des heures", "Lui, il assure grave"... L'engouement assurément.

La tecktonik, tous n'aiment pourtant pas. Loin de là. Curieusement, les aficionados affirmés sont plutôt rares... "Ils osent pas l'avouer", explique Camille, qui refait la battle dans la cour avec ses copines. "Mais moi j'en ai cramé (surpris, NDLR) plus d'un à danser chez lui devant sa glace." Fous rires complices. "C'est une danse un peu bâtarde, ils copient plein de styles, ils mélangent tout, c'est facile...", analyse, un brin amer, Kamel, 16 ans. "Nous ce qu'on aime c'est le 'coupé-décalé''", intervient Jo, 18 ans. Sous les yeux de ses copains, il entame quelques pas de cette danse plutôt chaude qui cartonne dans les boîtes de Côte d'Ivoire et d'ailleurs... Une idée pour le prof de comptabilité ?
Revenir en haut Aller en bas
http://patrimoinemartinique.free.fr
 
La tecktonik en cours de rattrapage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le rattrapage
» pour le rattrapage
» COURS DE SOUTIEN
» 1er cours d'education!!
» Cours d'initiation à l'équitation en amazone dans le 31

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moun 971-972-973 :: Antilles Guyane-
Sauter vers: